Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:03

On pourrait penser que nous débutons notre rando-découverte par une grosse omelette aux pâtes ! Eh bien pas du tout, car nous avons déjà fait 3 heures de marches pour la mériter (voir l'article précédent), ce qui fait environ 3/4 du chemin parcouru.

Comme il n'y a pas de table de pique-nique, nous déjeunons à l'intérieur même de la chapelle Saint Jacques en ruine. Peut être à l'endroit même où le chameau portant la relique de la Sainte Croix s'est arrêté en l'an 802. Un chameau qu'accompagnaient 5 chevaliers bourguignons envoyés par Charlemagne...

Avant de monter au monastère, notre randonnée nous conduit à Saint Nicolas et Niedermunster, une abbaye également en ruine, fondée par Sainte Odile après la mort de ses parents, Adalric er Bereswinde (des prénons à la mode à cette époque !). Notre chemin passe par la source miraculeuse, où Sainte Odile vint en aide à un pauvre pèlerin...

 

 

Carte IGN : 3716 ET 

 

Itinéraire : Parking des tombes mérovingiennes - grotte des Druides - Wachtstein - A/R kiosque Jadelot - Maennelstein - Rocher Kappelhouse - Saint Jacques - Niedermunster - Obermunster - retour au parking (env. 10 kms). 

 

 

Mont-Ste-Odile 3659

La ruine de la chapelle St Jacques comporte de beaux éléments architecturaux. Elle faisait partie d'un ermitage. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3663 

Notre salle à manger. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3665

                       Omelette aux pâtes. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3668 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3674

2 frères dans la forêt domaniale de St Nabor. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3678 

Le monastère du haut aussi appelé "Obermunster". 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3704

La chapelle Saint Nicolas fut construite au XIIème siècle. Détruite lors de la Révolution, elle fut reconstruite avec les mêmes pierres en 1848.

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3767

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3730

L'abbaye Ste Marie de Niedermunster a été fondée par Ste Odile vers l'an 700 pour accueillir les pèlerins qui ne pouvaient accéder au monastère de Hohenbourg. En l'an 802, l'abbaye reçu en relique un fragment de la Sainte Croix sur laquelle Jésus avait été crucifié. On donna tout naturellement le nom de "Niedermunster" à ce monastère situé au bas du mont Ste Odile. L'abbesse fit également ouvrir une hôtellerie pour recevoir les voyageurs, les pauvres et les malades.

 

 

 Mont-Ste-Odile 3738

La dalle funéraire sous laquelle repose l'abbesse Ursula zu Tribel, la fille du bailli de Rouffach. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3739

Ici repose Marguerite de Senon, décédée en 1370 et également abbesse au couvent de Niedermunster. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3750

En 1525, l'abbaye fut dévastée par les paysans lors de la Guerre des Rustauds. S'en suivent 2 incendies en 1542 et 1572. Le monastère ne se relèvera plus et les batiments seront utilisés comme carrière de pierres jusqu'au 19ème siècle.    

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3759 

Les vestiges de la crypte. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3778 

L'Histoire raconte qu'un jour où Ste Odile se rendait  à Niedermunster, elle croise sur son chemin un aveugle assoiffé. Celui-ci lui demandait de lui venir en aide. Avec son baton, Odile frappa le sol et l'eau se mit à jaillir du rocher. L'aveugle en bu et s'en lava les yeux; il était guéri ! Dès lors, les aveugles et les malades souffrant de troubles de la vue se rendaient (et se rendent encore) à la source dans l'espoir de trouver un remède à leurs maux. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3790

                       Une gravure près de la source miraculeuse. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3802

 Le chemin de croix longeant le monastère du haut. 

 

 

Mont-Ste-Odile 3796

                       Une des stations. 

 

 

 

Mont-Ste-Odile 3811

La fontaine St Jean, seul moyen de se procurer de l'eau jadis, à l'intérieur de l'enceinte du mûr païen. 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par randoalsacevosges - dans Art roman
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 14:15

Le long de la voie romaine, le comte Rodolphe d'Altenbourg de la famille des Habsbourg, et sa femme Cunégonde, fondèrent un monastère pour religieuses bénédictines puis pour chanoinesses à Ottmarsheim vers l'an 1030.

L'édifice est très largement inspiré de l'architecture et du plan de la chapelle palatine de Charlemagne à Aix-la-Chapelle. Elle est construite en pierres calcaires gris-jaunes, en provenance des carrières de Brunstatt, près de Mulhouse. Elle a la particularité d'avoir un plan octogonal. Le pape Léon IX la consacra en l'an 1049. 

 

 

Carte IGN : 3720 ET 

 

 

 

Eglise 5192 (FILEminimizer)

L'abbatiale St Pierre et St paul est la plus célèbre du Haut Rhin.

 

 

 

 

Eglise 5223 (FILEminimizer)

Ce qui frappe le visiteur en entrant, c'est le narthex et le choeur à 2 étages. 2 déambulatoires constitués de belles arcades en font le tour.

 

 

 

 

                       Eglise 5229 (FILEminimizer)

L'épitaphe de l'abbesse Elisabeth Degelin de Wangen, décédée en 1567. Pendant plus de 300 ans, la pierre tombale était incluse dans le sol. En 1887 elle fut redressée et appliquée dans un mur de l'octogone. Dans chaque angle on retrouve les armoiries des 4 grands parents (celles du bas sont très usées).

 

 

 

 

Eglise 5211 (FILEminimizer)

Les murs sont recouverts de fresques très anciennes. Elles furent redécouvertes lors d'une restauration du batiment. Ces fresques étaient cachées sous un enduit qui les protégea pendant des siècles.

Cette fresque-ci se trouve dans le déambulatoire inférieur. Elle a été éxécutée vers 1460 et représente la sainte messe du pape Grégoire le Grand. Le Christ ressuscité est présent et montre ses stigmates.

 

 

 

 

 

                   Eglise 5282 (FILEminimizer)

Vierge à l'enfant Jésus. statue en bois datant du 16ème siècle se trouvant dans l'octogone.

 

 

 

 

Eglise 5300 (FILEminimizer) 

On trouve une très belle fresque sur la voûte du déambulatoire inférieur. Elle représente les symboles des 4 évangélistes. Elle a été peinte vers 1460 et est placée au dessus de l'entrée de la chapelle latérale de la Sainte Croix.

 

 

 

 

Eglise 5239 (FILEminimizer)

Détail sur le taureau de l'évangéliste St Luc. Les contours ont été repeints en 1903.

 

 

 

                      Eglise 5292 (FILEminimizer)

L'autel moderne en pierre de Massannis-Marbrier est une oeuvre d'Albert Schilling.

 

 

 

 

    Eglise 5269 (FILEminimizer)

Le chemin de croix de facture moderne est très épuré mais s'associant néanmoins très bien dans l'architecture romane, est l'oeuvre du peintre Folscheid de Vouvray (Indre et Loire).

 

 

 

 

                       Eglise 5303 (FILEminimizer)

Statue représentant Saint Quirin (1720) en bois, repeinte au XXème siècle. Le pape Léon IX remis aux bénédictines des reliques du martyr romain St Quirin. La vénération de celui-ci, traditionnellement le 1er Mai, se répandit en Lorraine et en Alsace. 

 

 

 

 

Eglise 5312 (FILEminimizer)

En 1991, l'église d'Ottmarsheim subit un incendie qui ravagea la charpente. Certaines fresques sont également perdues, notamment celles du choeur supérieur. L'orgue du 18ème siècle est réduit en un tas de cendres. L'orgue actuel date de 1998.

Le montant total des travaux a demandé un effort considérable à la commune, propriétaire du batiment depuis la Révolution. Ce qui a d'ailleurs permis à l'église d'être sauvée d'une destruction certaine !

L'ancien orgue était un petit chef-d'oeuvre du facteur d'orgue strasbourgeois Joseph Waltrin (1716). La tribune en chêne a été épargnée dans l'incendie. Elle repose sur des colonnes corinthiennes en bois. La balustrade est ornée de panneaux représentant des symboles de la musique. Elle est l'oeuvre de Hugues Jean Monnot de Porrentruy.  

 

 

 

                           Eglise 5308 (FILEminimizer)

Chapelle latérale Sainte Croix, s'y trouvent, entre autres choses, les fonts baptismaux en grès rose à bassin polygonal daté de 1833.

 

 

 

 

Eglise 5253 (FILEminimizer)

L'abbatiale recèle bien d'autres trésors, placés sous clé. Tel une croix de procession en tôle d'argent du XIIIème siècle, un ostensoir en argent doré, orné de pierres précieuses ou une relique de la Sainte Croix.

Tous ces trésors ont été cachés par les habitants lors des terribles Guerre des Paysans (1525), Guerre de Trente ans (1618-1648) et aussi pendant la Révolution. Après ces guerres de destructions et de pillages commis par les envahisseurs, le roi de France Louis XIV améliora la situation financière du couvent par l'attribution de la dîme provenant de plusieurs villages de la région.

 

 

 

 

 

                         Eglise 5321 (FILEminimizer)

Vitrail représentant St Pierre et St Paul. L'abbatiale est dediée aux saints apôtres mais à l'origine elle l'était à la Vierge Marie. 

 

 

 

                       Eglise 5219 (FILEminimizer)

Des épitaphes d'un grand nombre de chanoinesses ornent le sol de la chapelle de la Sainte Croix. Pour en citer quelques unes : Cunégonde Schenck de Castell, Marie Jaqueline de Flaxlanden, Anne Elisabeth de la Touche, Marie Ursule de Staal, Scolastique de Reinach-Steinbrunn, ... la liste est longue !

 

 

 

 

Eglise 5198 (FILEminimizer)

Ottmarsheim est un exemple unique d'église à plan centré en Alsace. Elle est un joyau de l'architecture romane primitive dans la plaine rhénane.

 

 

 

 

Repost 0
Publié par randoalsacevosges - dans Art roman
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 19:06

Cachés dans la forêt, au pied du Grand Ballon, les vestiges de l'abbaye de Murbach se dressent au fond de la vallée de la Lauch, loin de la grande route. Le site a conservé son caractère de quiétude et de recueillement très éloigné des agitations du monde profane.

Joyaux de l'art roman alsacien, l'église Saint Léger est l'une des plus puissante abbaye de la haute vallée du Rhin. L'époque mérovingienne fût marquée par une floraison de monastères fondés par les grandes familles nobles.

Vers 727, le comte Eberhard fonda une abbaye sur ses terres, qu'il dota richement. De nombreuses donations augmentèrent ce patrimoine, faisant de Murbach la plus riche abbaye alsacienne avec Wissembourg. L'abbaye possède évidemment une relique de St Léger (la mâchoire inférieure), qui y est encore conservée.

   

Carte IGN : 3719 OT

 

     

 

Murbach 0393 (FILEminimizer) 

 L'abbaye vue par le monumental porche d'entrée.

 

 

 

 

Murbach 0399 (FILEminimizer)     

La façade puissante et néanmoins harmonieuse de Murbach.

L'abbaye devint un enjeu politique important. La contrôler, c'est aussi contrôler une bonne partie de l'espace rhénan. A partir du     XIIIème siècle, elle fût l'objet de convoitises entre les Habsbourg et les Ferrette.

La réforme protestante ne parvint pas à s'implanter. En 1524, quelques Guebwillerois suspectés d'hérésie avaient été brûlés vif. Cet exemple porta ses fruits : la population resta catholique.

En 1544, Charles Quint accorda à l'abbaye de battre monnaie. 

 

 

 

 

Murbach 0304 (FILEminimizer)

 

 

 

    Murbach 0309 (FILEminimizer) 

Le tympan en bas relief du portail Sud : 2 lions affrontés.

Celui de droite, tire la langue pour mieux impressionner les visiteurs.  

 

 

 

 

 

Murbach 0308 (FILEminimizer) 

Sur ce chapiteau est sculpté un renard dévorant des raisins, image de l'hérétique venant dévaster la vigne du Seigneur. 

 

 

 

 

 

 

Murbach 0250 (FILEminimizer)

 

 

 

    Murbach 0252 (FILEminimizer)

Deux lions encadrant une colonne surmontée d'une tête humaine. Dans ces sculptures, il y a forcément un message adressé à quelques initiés. Aujourd'hui ces messages nous échappent complètement.

 

 

 

 

 

Murbach 0314 (FILEminimizer) 

Le visiteur est observé sur toutes les faces de l'édifice.

 

 

 

 

 

Murbach 0246 (FILEminimizer) 

Un vieillard barbu lève une coupe à côté d'un ange aux ailes déployées.

Serait-ce Gédéon offrant le sang du chevreau à Dieu ?

 

 

 

 

 

Murbach 0249 (FILEminimizer) 

Cette représentation s'appelle la Confession  

 

 

 

 

Murbach 0256 (FILEminimizer) 

Toutes ces représentations et symboles sont difficilement déchiffrables et nombre de motifs resteront énigmatiques ! Que signifient par exemple ces dessins géométriques surmontant la tête du milieu ? Au Moyen-Age et surtout dans les édifices religieux, chaque détail architectural avait un sens voir un double sens. 

 

 

 

 

                      Murbach 0266 (FILEminimizer) 

Face arrière de l'église. Les contres-forts ont été ajoutés après la destruction de la nef.

Entre 1762 et 1785, l'abbaye devint un vaste chantier de démolition. La nef ainsi détruite servit de carrière et ses pierres fûrent réemployées dans diverses constructions. La Révolution y apporta le coup de grâce.  

 

 

 

                         Murbach 0318 (FILEminimizer) 

L'intérieur est relativement sobre par rapport à la façade si richement ornée. Murbach possède la voûte romane la plus haute d'Alsace. Tout au fond, on aperçoit le gisant du comte Eberhard.  

 

 

 

 

Murbach 0326 (FILEminimizer) 

Le gisant du comte Eberhard. 

 

 

 

 

 

 

Murbach 0406 (FILEminimizer) 

Pendant le raid hongrois de 926, des cavaliers pillards firent irruption en Alsace,  saccagèrent l'abbaye et massacrèrent 7 moines au Mordfeld, près du Grand Ballon. Voici le tombeau abritant les reliques des 7 moines martyrisés.   

 

 

 

 

 

 

Murbach 0408 (FILEminimizer) 

Le retable dans le choeur de l'église.

 

 

 

 

 

 

                    Murbach 0290 (FILEminimizer) 

En 1693, les moines battirent cette belle chapelle baroque, Notre Dame de Lorette, qui eu la chance de traverser les siècles sans dommages. Elle fût rénovée il y a une quinzaine d'année. 

 

 

 

 

 

 

 

                            Murbach 0284 (FILEminimizer) 

Le décor sculpté intérieur a heureusement survécu aux troubles de la Révolution. C'est un beau témoignage de l'art baroque Alsacien. Il faut vous rendre sur place, la réalité est bien plus belle que cette photo.

 

 

 

 

Murbach 0403 (FILEminimizer) 

Ceci est une copie du cadran solaire original réalisé en 1714 par Constantin Mettler. 

 

 

 

 

 

Murbach 0401 (FILEminimizer) 

L'abbaye de Murbach vue de la chapelle.

In heremi vasta... (dans une vaste solitude...). 

 

 

 

 

Murbach 0349 (FILEminimizer) 

Le site abrite également un joli jardin médiéval contenant des plantes cultivées à l'époque.

 

 

 

 

               Murbach 0364 (FILEminimizer)

 

 

 

Murbach 0365 (FILEminimizer)

En voici un exemple... 

 

 

 

                            Murbach 0395 (FILEminimizer)

            La statue de Saint Pirmin tenant dans ses mains l'abbaye qu'il fonda.

     

Repost 0
Publié par randoalsacevosges - dans Art roman
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 21:42

Aujourd'hui ce n'est pas une rando que je vous propose, mais la découverte de l'église fortifiée de Balbronn (Bas-Rhin). Elle s'élève sur l'emplacement d'un ancien sanctuaire celtique, ses fondations dateraient du XI ème ou XII ème siècle. L'édifice fut remanié au cours du temps.

Balbronn faisait partie du comté de Hanau-Lichtenberg et possédait 2 châteaux. L'un sur la route de Bergbieten, assez petit, mais flanqué de 4 tours, doté d'un pont levis et entouré d'un fossé. Le bailli de Balbronn-Westhoffen y habitait.

En 1444, il fut occupé par les Armagnacs.

Le second se situait au nord du mur d'enceinte de l'église où la famille noble de Balbronn résidait jusqu'à son extinction (1178-1486). Le château s'apparentait plutôt à une grande tour fortifiée.

 

 

 

 

 

BALBRONN 1218 (FILEminimizer)

Sur une vue de 1551, le clocher était surmonté d'un étage à encorbellement, crénelé, probablement disparu lors de la guerre de 30 ans (1618-1648).

 

 

  

BALBRONN 1223 (FILEminimizer)

Sur la façade ouest du clocher se trouve un faux mâchicoulis avec 4 belles têtes médiévales grimaçantes appelées "Schrekenmasken", censées éloigner le vilain.

 

 

  

BALBRONN 1224 (FILEminimizer)

 

 

 

 

 

BALBRONN 1225 (FILEminimizer)

Une proie pour les chasseurs de têtes.....

 

 

  

      BALBRONN 1232 (FILEminimizer)    

      On trouve aussi un visage gravé dans le grès au bas de l'église.

  

BALBRONN 1233 (FILEminimizer)

 Une 5ème tête sur la façade sud. 

 

 

 

                      BALBRONN 1245 (FILEminimizer)

En haut à gauche sur le clocher, se trouve une copie du cadran solaire de 1578. L'original a dû être remplacé car il était dégradé par les intempéries.

 

 

  

BALBRONN 1248 (FILEminimizer)

Au bas de l'enceinte, quelques rangées de pierres à bossage, unique vestige de la tour-donjon.

 

 

  

BALBRONN 1249 (FILEminimizer)

Corbeaux soutenant jadis le chemin de ronde.

 

 

  

                      BALBRONN 1252 (FILEminimizer) 

                      Tronc d'offrande du XVe siècle.

 

 

  

BALBRONN 1254 (FILEminimizer) 

Blason de Balbronn.

 

   

 

BALBRONN 1255 (FILEminimizer)

Aujourd'hui muré, le côté Nord était percé de 2 portiques. Peut être trouvait-on là 2 chapelles ?

 

 

  

                           BALBRONN 1257 (FILEminimizer) 

Le clocher déborde dans la nef. Pour accéder à la porte supérieure du clocher, il fallait gravir l'escalier. Sa situation (la porte) formait à elle seule une bonne défense : elle ne pouvait être attaquée que par un seul homme à la fois et celui-ci ne pouvait employer de bélier car il n'avait pas assez de recul pour le manoeuvrer.

Le meuble, où sont posés le crucifix et la bible, servait d'autel pendant le simultaneum.

 

   

                    BALBRONN 1263 (FILEminimizer) 

                    Porte d'accès au clocher par la nef.

 

 

     

    BALBRONN 1276 (FILEminimizer) 

    Une des sculptures sur la chaire en bois de Théophile Klem (1908).

 

 

  

BALBRONN 1279 (FILEminimizer) 

La main de fer : chef d'oeuvre mécanique pour son époque. Le bras du Chevalier Hans von Mittelhausen a été sectionné au niveau du coude, probablement pendant la guerre des Paysans (1525), une prothèse en fer a été construite sur mesure. Toutes les phalanges étaient articulées et pouvaient être pliées individuellement. Un bouton près du pouce permettait de les étendre complètement. Une copie est conservée à Strasbourg et une seconde au château du Haut Koenisgbourg.

 

 

 

 

                   BALBRONN 1287 (FILEminimizer)

                   Armoiries des Seigneurs Hanau Lichtenberg.

                      (photos prises en octobre 2011). 

 

 

   

 

 

 

Repost 0
Publié par randoalsacevosges - dans Art roman
commenter cet article