Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 13:37

C'est un article paru dans les DNA qui m'a donné envie de faire un petit tour du côté d'Obersteinbach, dans les Vosges du Nord, pour revisiter la forteresse médiévale du Schoeneck.

Ce samedi là, la pluie n'était annoncée qu'en fin d'après-midi. Une fois de plus, la "météo" s'était trompée ! Dans la montée, les premières gouttes sont tombées...

J'étais ravi de retrouver les membres de l'association Cun Ulmer Grün, qui s'activent à la résurection de la ruine. Ils vont pouvoir répondre à mes questions ! L'article dans les DNA parlait de 3 têtes sculptées retrouvées au fond du puit. C'est la raison principale de ma visite. Malheureusement, elles ont été transférées en lieu sûr. Vont-elles retrouver leur place au château ou prendront elles place dans un musée ? Leur avenir est en train d'être discuté...

L'article faisait également mention de fèves dont la vente doit couvrir les coûts des recherches et consolidations effectuées l'an dernier. Il faut croire que ces fèves ont été victimes de leur succès car elles étaient toutes vendues ! J'ai tout de même réussi à dénicher la série dans une patisserie de Haguenau, sur le chemin du retour... Bien entendu, elles seront à nouveau disponibles au château dans les jours qui viennent, car il y a une forte demande. Les fabophiles vont se réjouir...

 

Carte IGN : 3814 ET

 

 

 

SCHOENECK 8761 

La forteresse médiévale du XIIème siècle fut batie sur une barre de grès (alt 380m).

 

 

 

SCHOENECK 0001 

 

 

 

 

SCHOENECK 8768     

Ce bâtiment de style Renaissance a récemment été mis à jour.

 

 

 

 

 

        SCHOENECK 8771

        Sur ce linteau, on retrouve les armoiries du château ainsi que la date de 1588.    

 

 

 

SCHOENECK 8766 

Au milieu des vieilles pierres, l'arbre de Noël des bénévoles...    

 

 

 

SCHOENECK 8776 

Parmis les objets retrouvés, on recense un morceau de Kachelhoffe représentant un chevalier en armure, une pipe en terre cuite, des dés, des clous, des clés, des balles en plomb et en terre cuite, de la poterie, etc...

 

 

 

SCHOENECK 8779 

Ici, c'est un moule à agneau Pascal (lammele) refait à l'identique par un potier de Soufflenheim. Le moule retrouvé date du 16è siècle et était de même couleur.

 

 

 

                             SCHOENECK 8781 

En 1680, les troupes de Louis XIV commandées par le général Montclar, font sauter le château à l'explosif. Les sapeurs comblent le puit avec divers objets pour qu'il ne puisse plus servir. C'est aujourd'hui un trésor presque intact pour les archéologues !   

 

 

 

SCHOENECK 8787 

 Les bénévoles sont à la recherche des pierres du chaînage d'angle d'un mur.

 

 

 

                    SCHOENECK 8802

Ces belles pierres ont toutes été retrouvées au fond du puit. Elles proviennent de la chapelle castrale de style gothique flamboyant. Cette chapelle fut édifiée sur une console en encorbellement dont on voit encore le socle.    

 

 

 

SCHOENECK 0002

Un dessin de Christophe Carmona représentant le Schoeneck comme il aurait pu être à son heure de gloire.    

 

 

 

          SCHOENECK 8803

Dans la partie supérieure du château, au niveau du logis seigneurial, on a retrouvé cet espèce de souterrain, ultime point de fuite en cas d'attaque !    

 

 

 

SCHOENECK 8805 

    Il pleut sur les Vosges du Nord...

 

 

 

SCHOENECK 8809 

Tables de pique-nique derrière la barre rocheuse. Mais c'est pas pour aujourd'hui !

 

 

 

SCHOENECK 8826 

Les fèves du Schoeneck. Quelle est leur origine ?

C'est une coutume ancestrale qui nous vient du Moyen Age. Une période durant laquelle on avait déjà pour habitude de tirer les rois aux alentours de l'Epiphanie. La galette était découpée en autant de parts que de convives autour de la tablée, plus une, appelée la part du Bon Dieu ou la part du pauvre. Cette dernière était destinée au premier pauvre qui se présentait au logis. Le plus jeune convive se cachait sous la table et décidait de la distribution du reste du "gastel", comme on disait à l'époque. Celui qui découvre la fève portera une couronne de fantaisie et sera nommé "roi du jour"...     

 

 

 

SCHOENECK 8821

Trop tard ! pas assez rapide pour photographier la galette en entier...

La tradition de galettes et des fèves remonterait encore plus loin, jusqu'à l'époque romaine. Ces fêtes étaient appelées "les saturnales". Vers la fin décembre et début janvier, les Romains célébraient cette fête d'inversion des rôles. L'esclave ayant trouvé la fève était désigné Roi du jour et pouvait commander à son maître. A l'issue de la journée, l'esclave était mis à mort ou, si son maître était clément, avait la vie sauve et retournait à sa vie servile...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par randoalsacevosges - dans Châteaux
commenter cet article

commentaires

alesacios 31/01/2014 23:57


Bonjour,


Quelques petites précisions


-les tetes sculptées ne sont pas 3 mais 4.Elles sont en lieux sur pour éviter les vols.Elles ne seront pas exposées ni en photo quelque part avant qu'un rapport sur la fouille du puit par
renée Kill spécialiste des puits d'alsace ne soit publié.Une d'elle est visible lors de la présence des membres ainsi que les 4 en photos.


-La photo du linteau avec les armoiries des eckbrecht de durkheim et des landschaad von steinach n'est qu'une copie de l'original qui au musée de niedrebronn dans une salle dedié au schoeneck.Ce
linteau de 1588 devait surement représenter un mariage.


-Les féves ne sont pas d'origine mais une idée de notre association d'allier défense du patrimoine et gagner de l'argent pour financer les travaux.Si vous en voulez nous en avons de nouveau de
disponible au chateau debut février.


-Le schoeneck ne seras jamais un haut-koenigsbourg ni un fleckenstein mais ça lente dégradation est stoppé.Il est sorti de 3 siècles d'oubli.


-Des gros travaux de sauvetage d'un mur du logis nord de l'ordre de 126.000 euros sont prévus en 2014.Ue grosse partie du budget est acquis par le financement de la region ,département
,propriétaire etc.Il reste a notre association de trouver les derniers milliers euros.


Dans une tour il y a effectivement une petite exposition mais les grandes trouvailes se trouvent a niederbronn au musée.


Pour tout renseignement suplémentaire nous avons un site internet mis a jour régulierement par des photos lors des journées de présence au chateau.


chateau.schoeneck.free.fr


un membre de cun ulmer grun qui est disponible pour toute autres questions.

Guy 01/02/2014 11:25



Merci pour ces précisions très utiles et surtout bravo à vous et votre association pour tout ce travail de sauvetage.



Martine Schnoering 17/01/2014 09:40


Très beau reportage qui me fait saliver à plus d'un titre. Les photos sont très réussies, Merci pour celles des fèves,
j'en avais entendu parler, mais ne les avais pas vues. Sinon j'en aurais aussi acheté.

Anne 12/01/2014 12:28


Très bel article. Les objets retrouvés sont exposés au sein même de la ruine du château ?

Guy 12/01/2014 20:46



Merci Anne. Oui, ces objets se trouvent dans une tour du château. Ils sont conservés dans une vitrine. Il y a aussi des photos des différentes phases de fouilles, de l'avancement des travaux
 et des diverses trouvailles.



Dominique 11/01/2014 20:46


Un "beau coin" ce Schöneck...qui donne bien le sentiment de ce que devait être un grand château fortifié à la frontière allemande. Le travail de l'association qui restaure cet édifice est
remarquable, si l'on tient compte de la superficie du chateau, de la hauteur du lieu de fouilles, des puits et autres parties comblées, mais il pourrait devenir un second Haut-Koenigsbourg une
fois la restauration terminée. Très beau également ce moule en faïence qui représente l'agneau pascal que l'on trouve dans toutes les bonnes pâtisseries d'Alsace et de Lorraine. Les fèves sont
jolies également, pour peu qu'elles soient d'époque. Quand à la galette des rois, hum! j'inverserai bien mon rôle avec celui de Guy, le temps d'une balade vers le Schoeneck....

Guy 12/01/2014 21:08



Pour devenir un second Haut Koenigsbourg, il faudrait de l'argent, beaucoup d'argent !


Déjà comme ça, la ruine est un gouffre financier. Rien que pour garder un pan de mûr"debout", il faudrait investir quelques 120000 euros. A ce prix-là, ce mûr est condamné à s'écrouler, à moins
de trouver un mécène...


Il faut croire que les chatelains étaient de fins gourmets (gourmands ?) car en plus du moule en faïence, les fouilles ont mis à jours nombres d'ossements d'animaux. Les fèves sont à l'effigie
des armoiries, trouvailles dans la ruine, éléments éxistants,etc.. fabriquées par les bénévoles pour couvrir les frais de l'an dernier.


Quant à la question de la galette, pourquoi ne pas en partager une lorsque vous reviendrez dans nos contrées. Faites moi signe !



Philippe 11/01/2014 13:54


Quelque chose m'a intrigué dans ton article et je suis donc obligé de revenir voir çà de plus près. Non, j'avais bien vu, ou plutôt j'avais rien vu ... il n'y a donc aucune blanquette, ni de
bourguignon ou de coq au vin, pas même un petit sandwich au saumon ou au foie gras ? Bon d'accord il y a une belle galette, mais çà c'est le dessert tout de même. 

Guy 11/01/2014 19:43



Ha ha ha, elle est bien bonne, celle-là !! Non, même pas la moindre orange et la galette n'était même du jour même ! Je voulais juste faire un saut au château pour voir les têtes, pas prévu de
parcours pour l'après-midi... vu qu'il pleuvait des cordes ! J'étais très déçu de ne pas voir ces têtes, j'espère qu'ils vont les intégrer dans une maçonnerie car, à mon avis, elles doivent
revenir au Schoeneck et non s'empoussièrer au fond d'un musée. Pour la prochaine randonnée, je crois qu'il y aura du capri avec des spaëtzle au menu, arrosé d'un Saint Emilion... Cela
devrait rattraper le jeun d'aujourd'hui ! 



Philippe 11/01/2014 12:56


Je m'attendais à voir une photo des têtes du Schoeneck dans cet article et je constate que le photgraphe-randonneur a succombé à la tentation d'une galette médiévale ! Bon tant pis, on reviendra
pour les têtes du Schoeneck.