Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2017 6 25 /11 /novembre /2017 14:04

Les journées de cet automne sont chaudes, presque comme en été. J'ai décidé de passer cette fin d'après midi au Bastberg. Quelques promeneurs ont eu la même idée. Je traîne ma mélancolie au gré des sentiers où la lumière se tamise. Ces mêmes sentiers où Johann Wolfgang Goethe avait trouvé son inspiration. Il en résulte des poèmes que l'on n'apprend malheureusement pas à l'école primaire, leur préférant des fables de La Fontaine ou Paul Verlaine. Il n'est venu qu'une seule fois sur cette colline calcaire dit-on, et pourtant il a eu son tilleul. On l'appelle le tilleul de Goethe pour ne pas qu'on le confonde avec un autre. Un petit enclos de bois en fait le tour, comme pour le protéger des pommiers tout autour. Seraient-ils jaloux ? C'est bien possible, car seule la ramure majestueuse du tilleul attire l'attention et les éloges des promeneurs. Tout au plus croque-t-on une pomme tout en le contemplant et, pour remercier le pommier, on lui jette le trognon au bas du tronc, sans même un regard.

Au sommet, près de la grande croix, il y a un peu d'animation. Un passionné retraité fait évoluer ses avions dans le bleu azur. Il me dit qu'il y a un bon courant porteur et qu'il n'a pas besoin d'utiliser le moteur. Une bonne demi-douzaine d'avions sont stockés dans le petit abri. Un couple s'installe sur la grande dalle de grès pour profiter du couchant. On sent bien que ça se rafraîchit quand le soleil embrasse la montagne au loin. La lumière décline, masquée par un gros nuage. C'était une fin d'après midi au Bastberg.

 

 

Du colza, du maïs et d'autres céréales sont cultivées au pied du Bastberg

Du colza, du maïs et d'autres céréales sont cultivées au pied du Bastberg

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

"Un seul regard de toi, une seule parole m'en dit plus long que toute la sagesse de ce monde" - 1808

"Un seul regard de toi, une seule parole m'en dit plus long que toute la sagesse de ce monde" - 1808

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Il y a 35 millions d'années, des torrents charrient des galets, des graviers et du sable au pied des reliefs. Ces galets étaient utilisés pour paver les rues et les cours des maisons de Bouxwiller

Il y a 35 millions d'années, des torrents charrient des galets, des graviers et du sable au pied des reliefs. Ces galets étaient utilisés pour paver les rues et les cours des maisons de Bouxwiller

 

 

Les ombres s'allongent et parfois on croit y voir un visage ...

Les ombres s'allongent et parfois on croit y voir un visage ...

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

Sehnsucht

Dies wird die letzte Trän’ nicht sein,
Die glühend Herz-auf quillet,
Das mit unsäglich-neuer Pein
Sich schmerzvermhrend stillet.

O laß doch immer hier und dort
Mich ewig Liebe fühlen,
Und möcht’ der Schmerz auch also fort
Durch Nerv und Adern wühlen.

Könnt’ ich doch ausgefüllt einmal
Von dir, o Ew’ger, werden !
Ach, diese lange tiefe Qual,
Wie dauert sie auf Erden !

 

 

Le tilleul de Goethe

Le tilleul de Goethe

 

 

Dans sa parure automnale

Dans sa parure automnale

 

 

"Un baiser est comme un verre de vin : d'abord un, puis un second et puis un autre encore, jusqu'à ce que nous tombions d'ivresse" - 1769

"Un baiser est comme un verre de vin : d'abord un, puis un second et puis un autre encore, jusqu'à ce que nous tombions d'ivresse" - 1769

 

 

Des insectes fous dans la lumière d'un champ de maïs

Des insectes fous dans la lumière d'un champ de maïs

 

 

Goethe était un poète, un romancier mais surtout, il était passionné par la géologie et la botanique

Goethe était un poète, un romancier mais surtout, il était passionné par la géologie et la botanique

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Le ciel s'embrase une dernière fois

Le ciel s'embrase une dernière fois

 

 

Une fin d'après midi ordinaire au Bastberg

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Robert 26/11/2017 08:36

Bonjour Guy, comme toujours de très belles photos, l'œil averti est là. cet endroit est et reste fascinant, il y plane un mystère qui le rend très particulier, sans doute les sorcières y sont-elles pour quelque chose. Je partage votre analyse sur l'impact dialectal, il y aurait beaucoup de choses à faire. Bonne route encore et à plus.

Guy 26/11/2017 19:31

Bonjour Robert, même si la sauvegarde des dialectes n'est pas au programme de candidats à la présidence ou même de nos élus régionaux, c'est à nous de continuer d'enseigner notre culture à nos enfants. Personne ne le fera à notre place. Bien à vous

Martine SCHNOERING 25/11/2017 18:01

Hello Guy !

Cet article me rappelle bien des souvenirs.
Je vois avec plaisir que le tilleul de Goethe se porte bien !
bises, Martine.

Guy 26/11/2017 19:27

Coucou Martine,
Il se porte comme un charme, si j'ose dire ;)
à bientôt
je t'embrasse

Présentation

  • Guy
  • j'aime les randos-découvertes,les Vosges et ses fermes-auberges,l'Alsace et son patrimoine,les chateaux-forts et leurs légendes et plein d'autres choses encore..
  • j'aime les randos-découvertes,les Vosges et ses fermes-auberges,l'Alsace et son patrimoine,les chateaux-forts et leurs légendes et plein d'autres choses encore..

Rechercher