Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 14:21

Cette belle randonnée de début d'automne va nous emmener sur les sentiers de la région de Dabo. Nous partons de la Hoube pour nous rendre vers un beau rocher de grès appelé Sickertkopf. C'est ici que nous déballons nos sacs à dos pour le repas de midi. En fait, il n'est pas tout à fait midi quand nous arrivons au rocher, mais ce sera l'occasion de prendre un bon apéro... Les ventres pleins et les sacs allégés, nous repartons en direction de la Lochmuehl. Comme son nom l'indique, c'est un ancien moulin reconverti en maison d'habitation.

Le sentier balisé "disque bleu" remonte vers Dabo et nous passons devant le majestueux rocher qui portait autrefois le Dagsbourg, une puissante forteresse médiévale. IL faut croire que le Sickertkopf et le Dagsbourg ont inspiré Véronique car elle nous a écrit une envoutante légende de sa jolie plume dont vous pourrez vous régaler un peu plus bas...

 

Carte IGN : 3715 OT

Itinéraire : La Hoube - Muhlberg - Sickertkopf - Lochmuehl - Dabo - Himbeerfels - Zollstock - la Hoube. Env 20 kilomètres.

 

 

Un petit pont de bois enjambe le lit d'un cours d'eau complètement à sec.

Un petit pont de bois enjambe le lit d'un cours d'eau complètement à sec.

 

 

La légende du Sickertkopf

 

 

Une fenêtre s'ouvre sur Dabo.

Une fenêtre s'ouvre sur Dabo.

 

 

La fontaine Adactem.

La fontaine Adactem.

 

 

La légende du Sickertkopf

 

 

Quelques marches mènent au sommet du Sickertkopf.

Quelques marches mènent au sommet du Sickertkopf.

 

 

Juste de quoi grignoter...

Juste de quoi grignoter...

 

Brunon et la malédiction du Sickertfels

 

Du haut de sa forteresse, le comte Hugues embrassait du regard toutes ses terres alentour de Dagsbourg: le rocher imprenable dominait la région entière et constituait une position stratégique. Le seigneur en ressentait une fierté et une puissance toute particulière, tel un aigle du haut de son repaire. 

Le comte aurait vraiment pu être satisfait de sa vie : il gérait un beau domaine forestier, sa bonne et douce épouse Heilwige lui avait déjà donné un fils nommé Brunon et les villageois payaient leurs redevances sans trop rechigner.   

C’est vrai qu’il avait su choisir les hommes pour les administrer. Oui, les « Meier »faisaient bien leur travail et lui étaient fidèles. Jusque récemment…

Le comte soupira : quelle malédiction avait soudain frappé Dagsbourg?

Le dernier Meier qui lui avait prêté allégeance était en fait une sombre crapule. Il avait détourné des impôts et commis d’autres malversations sous couvert d’exigences nouvelles du 

suzerain. Heureusement, le traître n’avait pas profité longtemps de ses méfaits : il était mort des suites d’une blessure faite à la chasse.

« Le châtiment divin a frappé. » avait songé le comte.

Et l’on s’était hâté de l’enterrer dans le petit cimetière qui longeait l’église.

« Une affaire qui sera bien vite oubliée…se dit le comte rassuré.

 

Mais voilà que le lendemain, le village de Dagsbourg était sens dessus-dessous. Dans toutes les rues, ce n’était que cris, pleurs et hurlements : « Il est revenu ! je l’ai vu ! je l’ai vu ! Mon Dieu ! protégez-nous !»

Et les villageois s’agenouillaient en se signant et levaient des bras implorants vers le ciel.

Certes, il y avait là quelque diablerie : plusieurs d’entre eux avaient vu le lugubre visage du Meier mort, à la fenêtre de sa maison.

De quoi faire trembler toute la population…

Et la situation empira encore lorsque le fossoyeur se précipita chez le curé pour lui raconter, horrifié, que le cercueil, pourtant enterré la veille, était remonté du fond du tombeau …

C’en était trop, le comte fit venir le plus réputé des exorcistes pour conjurer cette sorcellerie.

Hélas, malgré les séances d’exorcisme tenues par un curé réputé en la matière, le fantôme du Meier ne semblait pas vouloir disparaître.

La nuit, on apercevait des lumières étranges et blafardes dans la forêt. On entendait des rires hystériques et des cris glaçants montant des bois. Plus personne n’osait s’aventurer du côté du Sickertfels. Lorsque l’on grimpait dans le passage le plus sombre, bordé par les deux falaises grumeleuses, on ressentait un souffle maléfique qui vous faisait dresser le poil sur le dos ! Certains disaient même que lorsque l’on atteignait la plate-forme qui donne sur la forteresse, le vent soufflait soudain par rafales et l’on manquait de tomber et de s’écraser en contrebas…

La vie quotidienne et le labeur reprirent tout de même, avec plus ou moins de sérénité. Les paysans et les colporteurs évitaient désormais le Sickertfels.

Cependant, au château, alors que l’on s’apprêtait pour la fête des récoltes , un vent de panique monta soudain : le fils du maître avait disparu . Le petit Brunon était introuvable malgré les recherches poussées que tous les serviteurs avaient pu faire dans la forteresse.

La situation était plus qu’inquiétante, il fallait le retrouver avant la nuit. Le comte Hughes réunit ses compagnons pour organiser des battues dans le voisinage. Tous les hommes des villages voisins furent réquisitionnés à cette tâche. Les femmes se rendirent dans les églises pour dire des neuvaines, dans l’espoir que l’on retrouve sain et sauf le petit Brunon , même pas âgé de 5 années.

Avant de partir, Hughes se rendit auprès de son épouse. Elle restait très digne dans son malheur mais lorsqu’il s’approcha d’elle, il vit dans son regard combien l’effroi et la douleur l’imprégnaient. Elle lui saisit les mains et il sentit que son corps tout entier tremblait.

« Mon doux Sire , souffla-t-elle au bord des larmes , ramenez-moi mon enfant …s’il lui était arrivé malheur, je ne pourrais supporter sa perte…j’en mourrais…

- Ma mie , je vous en fais le serment : je ne reviendrai sous vos yeux qu’avec notre Brunon dans les bras. »

Et il tourna les talons .

Ce fut la plus grande battue jamais organisée de vie d’homme. Partis de la forteresse , ils s’en éloignèrent petit à petit , formant un cercle de plus en plus grand. Le son du cor fut choisi comme signe de ralliement.

            Dans tous les bois autour de Dagsbourg, on n’entendait que les aboiements des chiens et les appels des hommes. Chaque buisson était fouillé, chaque rocher retourné, chaque anfractuosité examinée … rien , aucune trace de l’enfant…autant chercher une aiguille dans une botte de foin …

Le comte et ses proches compagnons d’armes s’éloignaient de plus en plus de la forteresse, ils arrivèrent au bas du Sickertfels.

Soudain le silence se fit. Plus un souffle de vent n'agitait les feuilles....les chiens se turent et se rapprochèrent en gémissant de leur maître, la queue entre les pattes. 

Les hommes sentaient leur gorge se serrer cependant qu’ils gravissaient l’étroit et sombre passage .

Ils avaient atteint la plate-forme, et là, le comte et ses hommes virent distinctement un petit corps roulé en boule… le comte crut que son cœur s’arrêtait de battre…

« Restez-là ! ordonna-t-il ; je veux y aller seul. »

Et il s’avança lentement vers l’enfant. Hugues se pencha au-dessus du corps et, la main tremblante, il l’examina tendrement … l’enfant avait les joues roses et le souffle régulier : il dormait !

Un rire nerveux et incompressible le prit ,il saisit le petit Brunon dans ses bras et l’embrassa avec amour .

« Mon enfant ! mon enfant ! tu es là ! tu es vivant !

Mon dieu !merci ! merci !»

Des cris de joie et des prières de remerciement résonnèrent de tous côtés pendant de longs moments.

Le petit Brunon semblait tout étonné de cette agitation mais effrayé, en aucune façon .

Naturellement , le comte lui demanda comment il s’était retrouvé si loin du château, dans un endroit si funeste …la tête de l’enfant s’auréola alors d’une douce lumière , il dit que des voix l’avaient guidé et montra du doigt le rocher de Dagsbourg sur lequel était construite la forteresse …la brume était épaisse , mais devant leurs yeux ébahis, la forteresse avait disparu …et c’était bien …une église qu’ils voyaient maintenant au sommet du rocher !

 

La vision ne dura que quelques secondes mais tous comprirent que c’était une intervention divine. Le cœur et l’âme empreints de gratitude, Hugues et ses compagnons rentrèrent au château, dans un silence religieux.

Heilwige pleura de joie en serrant son petit contre son cœur et le couvrit de baisers. Elle se laissa même aller à sangloter de soulagement dans les bras de son époux. Pendant huit jours, on organisa des cérémonies de remerciement et des festivités pour cet événement au dénouement si heureux.

L'on raconte qu’à partir de ce moment là, on ne ressentit plus aucune présence maléfique sur le Sickertfels , ni alentour.

         Personne ne sut jamais comment Brunon était parvenu sans encombre à cet endroit avec ses petites jambes d’enfant …mais qui peut estimer la force des Voix ?

IL fut appelé à un destin encore plus extraordinaire puisque c’est lui qui devint le fameux pape Saint Léon IX que l’on honore encore de nos jours dans la chapelle du Rocher de Dabo…

 

                                                                                                                           Véronique.

 

La Lochmuehl.

La Lochmuehl.

 

 

Elle a rendu bien des services autrefois, mais maintenant on n'en veut plus...

Elle a rendu bien des services autrefois, mais maintenant on n'en veut plus...

 

 

Une jolie vue depuis le village de Dabo

Une jolie vue depuis le village de Dabo

 

 

Un calvaire dans la forêt.

Un calvaire dans la forêt.

 

 

On ne présente plus le rocher de Dabo...

On ne présente plus le rocher de Dabo...

 

 

La pierre fertilisante appelée Rutschfelsen.

La pierre fertilisante appelée Rutschfelsen.

 

 

Ce panneau mériterait bien un coup d'éponge !

Ce panneau mériterait bien un coup d'éponge !

 

 

Himbeerfels.

Himbeerfels.

 

 

Himbeerfels.

Himbeerfels.

 

 

Bolets et chanterelles...

Bolets et chanterelles...

 

 

Crucifix au Zollstock.

Crucifix au Zollstock.

 

 

L'église de la Hoube.

L'église de la Hoube.

 

 

Saint Roch montrant sa plaie. Il est, comme toujours, accompagné de son chien.

Saint Roch montrant sa plaie. Il est, comme toujours, accompagné de son chien.

 

 

La légende du Sickertkopf

                 

 

 

                                       Au revoir et à bientôt !

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par guy - dans Rochers
commenter cet article

commentaires

Dominique 11/11/2015 10:58

Très très belle ballade dans un lieu que j'affectionne! Très belle légende sur la vie du petit Brunon, qui devint le pape Léon, en effet. D'où le nom de Saint Léon pour l'annexe de Walscheid, petit hameau perché en haut de la montagne. Et la présence d'une chapelle, bien sûr. La grotte de St Léon a les pouvoirs, dit-on, de guérir les femmes de la stérilité tout comme la pierre fertilisante de Rutschfelsen. Très belle vue du Dabo et des alentours. Merci Guy!

Présentation

  • Guy
  • j'aime les randos-découvertes,les Vosges et ses fermes-auberges,l'Alsace et son patrimoine,les chateaux-forts et leurs légendes et plein d'autres choses encore..
  • j'aime les randos-découvertes,les Vosges et ses fermes-auberges,l'Alsace et son patrimoine,les chateaux-forts et leurs légendes et plein d'autres choses encore..

Rechercher